Reconnaissance en Italie :

La chiropratique en Italie vient de voir son statut de profession de santé solidifié. Un nouveau texte de loi est en effet paru le 21 décembre 2007.

Depuis quelques décennies, la profession chiropratique a déjà un statut solide en Italie, mais pas encore élevée au rang de profession de santé de premier contact de type médical.

Ceci a enfin été obtenu le 21 décembre 2007, 17 ans après la présentation du premier projet par l'association chiropratique italienne.

Cette reconnaissance a été obtenue malgré le lobby important de l'association médicale italienne, et malgré le ministère de la santé peu enclin à réglementer la profession.

C'est grâce au rapport coût / efficacité très favorable de la prise en charge chiropratique que le texte de loi a pu être défendu au parlement italien.

Notons que l'Italie est le pays avec la plus forte concentration de médecins au monde (400 000 médecins pour moins de 57 millions d'habitants). Ceci représente un formidable poids de lobby qui n'a pas favorisé le développement de la profession chiropratique.

Cependant, cette forte présence médicale est un poids important pour le budget du système de santé italien. Dans ce cadre, la chiropratique a été un choix soutenu par les législateurs de toute étiquette politique pour limiter le gonflement du budget de la santé, notamment dans la prise en charge des troubles musculo-squelettiques.



Reconnaissance en Suisse :

Le texte de loi paru en septembre 2007 fait entrer en vigueur le statut de profession de santé de type médical et de formation universitaire ce 1er janvier 2008.

La chiropratique était déjà une profession réglementée avec son titre protégé depuis 1974.

La refonte des textes encadrant la pratique des professions de santé médicale au niveau fédéral a permis à la chiropratique de confirmer son statut.

Elle fait en effet partie des 5 professions de santé de type médical avec une formation universitaire au coté des médecins, des pharmaciens, des dentistes, des vétérinaires (http://www.oaq.ch/pub/fr/documents/MedBG_fr.pdf).

Ils conservent leur droit à la prescription et à la réalisation par leurs propres soins d'examen de radiologie, et le droit à la prescription de certains médicaments.